Les mouflons canadiens (ou le cas du Ram Dame)

image_pdfimage_print

MouflonsCanadiens

Ouh, les grosses cornes…
Visez-moi ces magnifiques
Mouflons canadiens !

Ils ont un peu la même dégaine et la même réputation macho-man-ment virile
Que les bisons d’Amérique,
Ces Ovis canadensis… Ah, si vous saviez….

D’ailleurs vous le saurez bientôt !
Dans la conférence que je viens présenter chez vous en mai,
Vous apprendrez ce qui se passe de friendly chez les bisons mâles,
Et ce dont ils sont si friands en-dehors des périodes de reproduction…

Bref. (Alalah… tous ces préliminaires à préliminer.)

Revenons à nos mouflons !
J’ai découvert un article passionnant à propos des mouflons canadiens !
Et ça, grâce à Joan Roughgarden, une copine biologiste
(Et grande grande grande veinarde de vivre à Hawaiʻi…)

Joel Berger

J’ai découvert un article écrit par ce monsieur :
Joel Berger…
(Mais quelle bonne petite bouille…
Avec sa moustache en cornes de mouflons à l’envers !)

Donc, son article :
thumbnail of Berger1985

 

 

 

Berger J. 1985. Instances of female-like behavior in a male ungulate. Animal Behaviour. 33(1):333-335

 

 

 

 

 

Dans son article,
On y apprend que certains rams
– C’est comme ça qu’on appelle les mouflons mâles –,
Certains rams, donc,
Se comportent vraiment différemment des autres mâles,
Et, plutôt carrément comme des femelles !

Démonstration :

  • Petit 1) Ils restent avec elles en-dehors des périodes de reproduction
    (Au lieu d’aller traîner avec leurs copains mâles,
    Comme ils le font tous quand leurs grosses cornes ont fini de pousser,
    Vers l’âge de deux ou trois ans) ;
  • Petit 2) Ils ne cherchent pas forcément à leur piquer leur bouffe, aux femelles,
    Ils sont même plutôt du genre à laisser tomber leur portion
    (Contrairement aux autres mâles de la même taille
    Qui ont tendance à pas se laisser faire
    Quand on vient mettre sa tête dans leur assiette) ;
  • Petit 3) Ils font parfois pipi comme elles le font, elles, accroupipis
    (Ah, ça, ça vous en bouche une bouche, hein !) ;
  • Petit 4) Enfin, last but not least de la liste,
    Ils évitent… de se faire monter par les autres mâles à tout bout de champs,
    Ce qui pourtant est monnaie courant parmi les rams… Et oui.
    (Parce que les rams adorent ça, le ramdam-du-rentre-dedans !)

En conclusion, tout comme le dit ma copine Joan :

  • Les « vrais » mâles, c’est en fait des groôosses « tapettes »,
    Et les « faux » mâles sont « efféminés » parce que…
    Ils ne veulent pas se faire monter par les autres mâles,
    Et qu’ils s’accroupissent quand ils pissent !
    Si ça, c’est pas super-duper-queer-as-can-be ?

Vous vous demandez très certainement « pourquoi ?? » :
Pas pourquoi les mâles aiment se monter les uns les autres, mais…
Pourquoi ces mâles se comportent-ils comme des femelles ?

J’entends déjà les « spécialistes » sortir la carte des hormones.
Ô, les hormones hors-normales… Un problème hormonal, donc ?
Eh bien non,
Car la présence de leurs groôosses cornes et leur force physique indiquent que pas du tout.
Ils ont tout ce qu’il faut là où il faut.
Et pourtant, ils se soumettent, même face à des mâles plus jeunes et moins costauds.
C’est donc bien un comportement social qui les distingue.
Je vous entends revenir avec vos groôos sabots :
« Et pourquoi pas un problème de déviance due à la captivité ??? »

Désolée de vous décevoir… mais ce phénomène a été observé en pleine nature ! Into the wild !
D’autres questions qui commencent par pourquoi ? ¿ porqué ? why ?

Laissez-moi vous en poser une, tiens…

La vraie question dans cette affaire est de savoir :
Pourquoi est-ce si nécessaire de savoir pourquoi ?

 

Josie*


 

Laisser un commentaire